Top-story-3_Peru

Une véritable cuisine communautaire

Fin 2021, A Rocha Pérou a entamé un partenariat avec le pasteur José Guzmán de l’Iglesia Casa de Oración à Pacasmayo, au nord du Pérou, afin de développer une cuisine communautaire que l’église avait initiée. Située dans un bidonville isolé et dans le désert, la cuisine communautaire Micaela Bastidas de San Demetrio était confrontée au défi d’améliorer ses modestes locaux. En réponse, A Rocha Peru a installé une cuisinière écologique pour plus d’autosuffisance, a mis en place un jardin bio avec un espace pour l’élevage de petits animaux, et a introduit des activités d’éducation environnementale.

Cette collaboration s’est avérée un catalyseur important qui a incité le gouvernement et les entreprises locales à s’impliquer et à compléter ce travail en développant la structure du bâtiment, en améliorant la cuisine et en fournissant une citerne d’eau. Grâce à ces efforts combinés, la cuisine communautaire Micaela Bastidas de San Demetrio a été transformée en un centre communautaire géré par des femmes locales qui s’engagent à préparer et à servir quotidiennement des repas nutritifs à 28 familles, soit un total de 120 personnes, adultes et enfants.

En octobre 2022, la directrice des opérations internationales d’A Rocha International, Sarah French, et le directeur exécutif d’A Rocha Pérou, Ramón Casana, ont eu le plaisir de visiter le centre. Les femmes locales leur ont servi un délicieux repas en exemple de leur travail et un témoignage de leur reconnaissance envers A Rocha. Cet exemple inspirant de travail communautaire montre l’impact multiplicateur qu’A Rocha Pérou a dans les communautés qu’elle sert.

Ōi burrow scoping

Pétrels en Péril

Dans une fin de l’année 2022 gratifiante, A Rocha Aotearoa Nouvelle-Zélande a vu 12 poussins de Pétrel à face grise/Ōi s’envoler de Karioi !

Historiquement, des milliers d’oiseaux de mer affluaient sur les plages, les forêts côtières et le sommet de la montagne de Karioi pour élever leurs poussins, mais aujourd’hui, il n’en reste qu’un minuscule vestige. Lorsque A Rocha a rejoint le projet de restauration communautaire sur la montagne en partenariat avec la communauté de Whāingaroa, ils n’ont trouvé qu’une douzaine de terriers de Pétrels contenant des coquilles d’œufs brisées ou des poussins morts. Chaque année, des couples d’adultes revenaient à Karioi pour se reproduire, mais leurs terriers étaient envahis par des espèces envahissantes qui leur disputaient l’habitat. Pour chaque couple reproducteur, un seul œuf est pondu en hiver et couvé pendant environ 55 jours avant d’éclore, mais il faut attendre l’été pour que le poussin de Pétrel s’envole. Cela rend l’œuf et le poussin de Pétrel très vulnérables aux prédateurs comme les rats, les hermines, les furets et autres mustélidés, les opossums et les chats sauvages.

Pour donner à ces oiseaux une chance de se reproduire, A Rocha a commencé sur le long terme un contrôle intensif des prédateurs le long de la côte de Whāingaroa et sur Karioi. Ils surveillent également les terriers des Pétrels pendant la saison de reproduction, lorsque les couples adultes reviennent pour pondre un seul œuf. La recherche de terriers équivaut à la recherche d’une aiguille dans une botte de foin, c’est pourquoi Miro, un chien spécialement formé pour les oiseaux de mer, aide à localiser les nouveaux terriers actifs. Chaque semaine, une équipe spéciale de “compagnons de terrier” visite les terriers pour évaluer l’activité et répondre aux menaces des prédateurs. Chaque année, A Rocha installe également des caméras de terrain 24 heures sur 24 près des terriers, qui donnent un aperçu détaillé des activités quotidiennes (et nocturnes) des Pétrels.

Pour la saison de reproduction 2022, l’équipe de Karioi a surveillé 63 terriers de Pétrels. Malheureusement, un certain nombre de poussins ont été perdus en raison d’incursions de fouines, mais la saison 2022 a tout de même été la plus réussie à ce jour ! Avec 12 poussins à l’envol autour de Noël, la saison a marqué un record depuis les sept premiers poussins à l’envol en 2017.

Grâce à un suivi à long terme et à un contrôle intensif des prédateurs, 47 poussins de Pétrels se sont envolés de Karioi au cours des six dernières années ! Ce résultat est le témoignage d’une communauté qui s’est unie, a fait une réelle différence pour une espèce d’oiseau vulnérable et un écosystème menacé.

Cliquez ici pour voir les images étonnantes des caméras de surveillance montrant des Pétrels juvéniles déployant leurs ailes et se préparant à se lancer dans la vie en mer. Ces oiseaux reviendront sur le même littoral dans 5 à 6 ans pour élever leurs propres poussins.

Petit mais percutant

Voici Small (Petit), le dernier épisode de la série de vidéos “Elements of Hope” (Eléments d’espérance) d’A Rocha. Cette courte vidéo inspirante met en lumière le pouvoir des petits projets, nous rappelant que même les plus petites actions peuvent avoir un impact significatif.

Des petits débuts de la conservation de la forêt menacée de Dakatcha au Kenya aux rappels de la beauté et de la créativité dans chaque détail de la création de Dieu, Small nous encourage à garder espoir et à ne pas nous décourager par la petitesse de ce que nous sommes ou de ce que nous pouvons faire.

Joignez-vous à nous pour regarder Small et laissez-le vous inspirer à prendre des mesures petites mais significatives pour prendre soin de la création. Partagez ce film avec votre église, votre école, votre étude biblique ou votre groupe de jeunes et voyez comment Dieu utilise vos petites actions pour son royaume. Nous avons créé ce guide de discussion (en anglais) qui, nous l’espérons, vous aidera à aborder ensemble le thème du film. Téléchargez la vidéo sur notre chaîne Vimeo ici et dites-nous comment vous la partagez avec votre communauté !

AR-Australia_planting-trees

Planter des arbres et restaurer les écosystèmes en Australie

Au cours d’un autre hiver humide, A Rocha Australie a mis la main à la pâte en plantant des plantes indigènes et en entretenant des relations avec les communautés locales qui en prennent soin.

Les volontaires d’A Rocha Australie ont été invités par Clyde et Rose Rigney – des anciens de la communauté aborigène de Raukkan – à aider à la revégétalisation en partenariat avec Cassina Environmental en Australie du Sud. En juin, plus de 30 personnes ont bravé une météo défavorable pour planter 1700 plantons d’arbres! En août, un groupe plus restreint a planté 584 plantons à Mount Sandy et 325 plantons à Raukkan, cette fois sous un soleil radieux. En plus de la plantation d’arbres, les Rigneys ont offert une hospitalité inspirante, avec des chants autour du feu, des boissons chaudes, une nourriture délicieuse et des récits inspirés.

Une autre session de plantation a été organisée par le personnel du conseil d’Onkaparinga à Hart Road Wetland, les terres traditionnelles du peuple Kaurna. 20 adultes et quatre enfants se sont réunis pour planter environ 380 plantes indigènes. Plusieurs d’entre elles sont endémiques à l’Australie du Sud, notamment Atriplex paludosa, Goodenia amplexans et Thomasia petalocalyx. Ces plantes sont non seulement uniques à leur région particulière, mais elles sont également essentielles au maintien de la biodiversité.

Avec leur projet dans les parcs de l’escarpement de Toowoomba, A Rocha Australie va au-delà de la plantation d’arbrisseaux pour protéger aussi les plantes matures dans le Queensland. En partenariat avec Friends of the Escarpment Parks, A Rocha contrôle les plantes invasives dans trois parcs de bushland qui contiennent des écosystèmes menacés. Au Redwood Park, A Rocha enlève la liane à griffes de chat. Cette plante invasive bien nommée est l’une des nombreuses plantes qui étouffent les arbres et les arbustes, détruisant la canopée et nuisant à l’écosystème. La lutte contre la liane est un travail lent et laborieux, mais très gratifiant lorsque des arbres adultes sont coupés et que des semis sont découverts sous les masses de liane éliminée. La caille à poitrine noire (Turnix melanogaster), espèce vulnérable, a élevé plusieurs jeunes sous la vigne à feuilles semi-persistantes (forêt pluviale sèche).

Dans la forêt d’eucalyptus du parc Nielsen, les volontaires d’A Rocha enlèvent d’autres mauvaises herbes étouffantes, permettant ainsi aux espèces indigènes de s’établir en sous-bois. Et il y a déjà des résultats positifs : les enquêtes sur les oiseaux ont révélé que plusieurs petites espèces d’oiseaux persistent dans la couverture maintenant généreuse d’arbustes, y compris les premières observations de la caille en bouton peinte (Turnix varius) qui se nourrit au sol dans le parc !

 

Friends-of

Se faire des amis en Amérique centrale

Partout dans le monde, les chrétiens se rassemblent pour prendre soin de la création – et A Rocha leur prête main forte à travers le réseau des Amis d’A Rocha. Les membres du réseau sont des groupes et des organisations, dirigés par des chrétiens engagés, qui entreprennent la conservation de la biodiversité et sont intéressés par le partage et l’apprentissage avec des groupes partageant les mêmes idées à travers le monde.

Pour en savoir plus sur les Amis actuels et pour savoir si votre groupe peut poser sa candidature, consultez la page des Amis. En attendant, faites connaissance avec nos deux membres les plus récents :

Casa Adobe est une communauté chrétienne intentionnelle enracinée à Santa Rosa, dans la province de Heredia, au Costa Rica. Elle est née en 2013 lorsque des personnes issues de contextes et de cultures différents se sont réunies avec un objectif commun : être de bons voisins. Casa Adobe cherche à promouvoir le développement humain intégral, à faciliter les échanges culturels entre personnes de contextes différents, à prendre soin de l’environnement et à motiver des gens à le protéger.

Leurs activités environnementales actuelles comprennent un projet de compostage communautaire local et un plan de restauration de l’un des “voisins” les plus négligés de Casa Adobe, la rivière Virilla. La Virilla coule depuis sa source dans les forêts nuageuses à travers des zones densément peuplées où elle subit l’impact des eaux usées, des déchets et de la forêt riveraine dégradée. Casa Adobe s’engage avec la communauté dans ce projet de nettoyage de la rivière et assure la liaison avec d’autres parties prenantes.

Huellas Panamá (qui signifie « Empreintes ») est né en 2018 comme un projet à Kuna Nega, une colonie indigène fortement impactée par l’exploitation de Cerro Patacón, l’une des principales décharges du Panama. Le projet initial a sensibilisé la communauté à l’environnement par le biais de l’église communautaire et la mise en place d’un point de collecte des déchets.

Huellas Panamá met actuellement en place une académie virtuelle en ligne afin de promouvoir la théologie de la création et des habitudes de consommation plus sages ; elle soutient le recyclage dans la mesure du possible (il n’y a pas de collecte de déchets au Panama !) et le nettoyage des détritus ; et elle développe un programme d’éco-tours afin de créer des opportunités d’amitié, de loisirs et d’apprentissage de la protection de la terre.

A-Rocha-Table

Une rencontre autour de la table

Nous sommes heureux d’annoncer le lancement d’une nouvelle initiative : une communauté de donateurs réguliers qui s’engagent à voir la nature s’épanouir. Nous l’appelons la ” Table A Rocha ” et nous aimerions que vous la rejoigniez !

Grâce aux fabuleux supporters d’A Rocha, nous répondons à la crise mondiale de la perte de biodiversité depuis près de 40 ans, et nous pensons que c’est cet engagement à long terme envers les personnes et les lieux qui fait la différence. En faisant un don régulier à A Rocha International, vous pouvez contribuer à cet engagement à prendre soin et à protéger les habitats, les espèces et les communautés les plus vulnérables et nous aider à faire des plans à long terme en toute confiance. Vous vous épargnerez également un temps administratif précieux !

Nous voulons nous assurer que vous savez à quel point vos dons comptent. Tous les six mois, nous vous enverrons un numéro de notre emailing “Table Talk”. Il contiendra les points forts de l’équipe d’A Rocha International, des invitations à des événements exclusifs en ligne et des réductions spéciales sur les livres et publications d’A Rocha. Nous espérons que ce sera un moyen pour nous de mieux rester en contact avec vous et de vous aider à vous sentir plus connecté avec les amis d’A Rocha à travers le monde.

Nous espérons vous voir bientôt à la Table !

Sign up to the A Rocha Table

Hermit butterfly fieldwork in action - A Rocha France, Courmettes - 2022 July

L’Hermite des Courmettes

Une nuit de début juin, un groupe de bénévoles équipés de lampes frontales étaient à genoux dans un champ aux Courmettes émerveillés par la vue d’une chenille nocturne particulière –celle d’un papillon ermite, Chazara briseis.

En fait, deux chenilles d’Hermite ont été vues cette saison ! Si ce chiffre peut paraître faible, il s’agit en fait d’une excellente nouvelle, car les observations sont très rares. L’Hermite est une espèce très peu connue et menacée au niveau régional en France. L’équipe des Courmettes a lancé un protocole d’étude sur l’Hermite dans le cadre du Plan National d’Action sur les papillons.

Au fur et à mesure de l’émergence des adultes, de la mi-juillet à la mi-août, nous nous sommes attachés à répondre à des questions telles que : quelles est l’importance de la population sur le site ? Quelle est la durée de vie moyenne de ce papillon ? Quelle distance parcourt-il ? Comment utilise-t-il le site ? Pour ce faire, nous avons utilisé une technique appelée marquage-recapture. L’espoir est de pouvoir un jour compiler nos données avec des données régionales (et potentiellement inter-régionales) dans une étude génétique des populations, si les finances le permettent.

Cette année, nous avons marqué 82 individus – une excellente nouvelle pour la population d’Hermite des Courmettes ! La prochaine étape consiste à analyser les données, mais voici quelques premières observations :

  • Seuls les mâles ont émergé au cours de la première semaine d’étude ; les femelles ont émergé à partir de la deuxième semaine. Après cela, les mâles et les femelles ont émergé au même rythme.

  • 41 % des individus ont été recapturés au moins une fois ; certains jusqu’à six fois ! Certains individus sont restés au même endroit tandis que d’autres se sont déplacés plus loin.

  • Les individus capturés en fin de saison ont parcouru plus de terrain que les individus du début de saison.

Nous avons même assisté à l’accouplement d’individus (film bonus ici !) – preuve que le cycle de la vie continue. Nous savons encore très peu de choses sur les plantes hôtes que l’Hermite préfère – venez nous rejoindre à la saison 2023 dans notre chasse aux chenilles !

Photos : travail de terrain sur le papillon ermite en action – A Rocha France, Courmettes – juillet 2022

Picnic en el Arroyo

Célébrer la Création aux camps de vacances A Rocha

A travers le monde, les programmes d’éducation environnementale d’A Rocha suscitent un esprit de joie et de curiosité envers la Création. Dans l’hémisphère nord, nous avons eu un été fantastique offrant un large choix de sorties, de camps et de programmes centrés sur la protection de la Création.

Dans un contexte d’immense sécheresse en Californie du Sud, le programme d’été d’A Rocha USA était consacré à l’eau. D’où vient-elle ? Quand est-elle potable et comment la conserver ? Avec une série d’activités ludiques, les enfants et leurs familles ont appris à être de bons gardiens de cette ressource de plus en plus précieuse. Au Texas, nous organisons tout au long de l’année des rassemblements en espagnol appelés « Picnics en el Arroyo » qui attirent beaucoup de familles : les enfants découvrent des bestioles intéressantes au cours du « BINGO de la Laguna », les adolescents s’affrontent pour gagner la chasse au trésor de la randonnée, et les parents apprennent à observer les oiseaux.

Kara LeBlanc, éducatrice environnementale chez A Rocha Manitoba au Canada, explique comment leurs programmes d’été aident les enfants qui ont du mal à trouver de la beauté dans leur environnement urbain : « Il y a beaucoup de beauté ! Si vous regardez avec attention, il y a beaucoup de choses à observer là où vous vivez. Alors, quand nous planifions des activités, je tente de montrer aux enfants comment bien regarder ». L’une des animatrices du camp, Emma Siemens, en a eu un parfait exemple lors d’une « chasse au trésor photographique », au cours de laquelle les enfants s’entrainent à observer la nature :

Un jour, alors que nous nous promenions dans un parc voisin à la recherche d’un « arbre unique » à photographier, Lucy, 10 ans, a déclaré : « Je pense que nous pourrions vraiment prendre une photo de n’importe quel arbre, car chaque arbre est unique. Il n’y a pas deux arbres qui soient exactement les mêmes ! » A cet instant, Lucy a appris à remarquer et à apprécier la nature dans toute sa complexité.

Dans tous nos programmes éducatifs, nous connectons les gens et la nature afin d’inspirer des actions pour un monde durable. Voici d’autres faits marquants de la famille mondiale d’A Rocha cette année :

  • Au début de l’année, Steven Muir, membre du groupe local de Christchurch de A Rocha Aotearoa Nouvelle Zélande, a organisé le programme de vacances scolaires Aranui Bike Fixup. Pendant cinq jours, les enfants ont développé leur goût pour le vélo et leurs compétences en matière d’entretien des vélos.

  • Le programme Wild Wonder d’A Rocha USA est utilisé par les églises, les camps et autres groupes pour aider les enfants à découvrir le monde merveilleux que Dieu a créé.

  • A Rocha France propose des semaines résidentielles au centre des Courmettes, avec un camp d’éco-aventure pour les enfants et une série de séminaires pour adultes.

  • En mai, A Rocha Inde a ouvert un nouveau laboratoire d’apprentissage de l’alphabétisation numérique en milieu rural dans son centre d’études sur le terrain afin d’offrir aux étudiants et aux villageois de la région de Bannerghatta des opportunités de croissance numérique.

  • A Rocha Kenya enseigne aux jeunes la conservation de la biodiversité dans la région de Malindi-Watamu.

  • A Rocha Pérou organise des ateliers d’éco-club auprès des églises, des organisations et des écoles. Les enfants plantent et récoltent des légumes dans le jardin et apprennent à connaître les plantes médicinales, le compostage, la restauration des forêts sèches et plus encore.

  • A Rocha Portugal fête ses 30 ans d’éducation à l’environnement ! Ils proposent des programmes sur (1) les oiseaux et les habitats de Ria de Alvor, (2) la découverte des pollinisateurs et (3) les microplastiques et les déchets marins.

  • A Rocha Suisse propose des ateliers nature pour soutenir la conservation de la biodiversité en septembre.

  • A Rocha UK a organisé des journées « Act for Nature » pour enseigner la protection de la création et animer des activités de conservation.

  • Parallèlement à son programme d’éducation environnementale dans les écoles, A Rocha Ghana a récemment organisé un concours national de rédaction pour marquer la Journée mondiale de l’environnement. Les enfants âgés de 6 à 16 ans ont décrit de manière réfléchie comment ils prendraient soin de notre « Unique Planète Terre » (One Earth).

International Coastal Cleanup Day banner

Journée Internationale du Nettoyage des Littoraux et Journée Mondiale du Nettoyage, 17 septembre 2022

Rejoignez A Rocha pour le nettoyage annuel international des littoraux et la Journée Mondiale du Nettoyage en septembre. Fondée par Ocean Conservancy, la Journée Internationale du nettoyage des littoraux incite chaque année plus de 200.000 personnes à nettoyer les plages et les cours d’eau. La pollution plastique est l’une des nombreuses menaces qui pèsent sur nos écosystèmes marins, avec plus de 8 millions de tonnes de déchets plastiques qui polluent nos océans, rivières et lacs chaque année.

Robert Sluka, docteur en biologie marine et acteur scientifique majeur du programme de conservation marine d’A Rocha, explique dans sa vidéo en anglais pourquoi, en tant que chrétiens, nous devrions nous soucier des plastiques :

« Dieu nous a ordonné de prendre soin du monde qu’il a créé… Si nous voulons aimer Dieu et lui obéir en prenant soin de ce qu’il a créé, nous devons agir pour résoudre le problème du plastique. Nous devons également aimer notre prochain et pour cela, devons réfléchir à la manière dont nous utilisons le plastique, à sa destination et à ce qu’il devient. »

Le 17 septembre, que vous résidiez près d’un océan ou non, vous pouvez rejoindre le programme de conservation marine d’A Rocha dans sa démarche de nettoyage, qui a pour but de réduire les déchets plastiques et de créer des « eaux d’espoir » ! Toutes les voies d’eau sont importantes. Vous pouvez donc procéder à un nettoyage où que vous soyez – près d’un océan, d’une rivière, d’un lac, d’un parc ou même dans votre quartier.

Voici trois façons de vous impliquer :

  1. Participez à un nettoyage local le 17 septembre et enregistrez les déchets que vous ramassez à l’aide de l’application Clean Swell. Consultez les organisations environnementales locales pour trouver des opérations de nettoyage dans votre région.
  2. Si aucune opération de ce type n’est prévue près de chez vous, organisez la vôtre le 17 septembre avec le guide de nettoyage des déchets d’A Rocha, et enregistrez votre collecte dans l’application Clean Swell, en indiquant A Rocha comme groupe.
  3. Si vous ne pouvez pas vous rendre à un nettoyage le 17 septembre, choisissez n’importe quel jour de ce mois et nettoyez une plage, un cours d’eau ou un quartier près de chez vous.

N’oubliez pas de partager vos efforts sur les médias sociaux pour inciter d’autres personnes à prendre soin de nos océans et cours d’eau en utilisant les hashtags : #ARochaMarine #WatersofHope et #WorldCleanupDay.

A Rocha fournit également des ressources supplémentaires pour engager votre église et votre communauté dans la réduction des déchets plastique. Consultez notre boîte à outils sur le plastique pour des ressources gratuites qui vous aideront à contribuer aux efforts mondiaux de lutte contre la pollution plastique. Les ressources incluent des vidéos, un guide de nettoyage, des méditations et études bibliques en plusieurs langues.

Cruzinha

Les problèmes de pénurie d’eau

Les brochures touristiques de l’Algarve au Portugal sont pleines du bleu éblouissant de la mer et des multiples piscines disponibles pour ceux qui préfèrent rester loin du sable et du sel. Mais toute impression d’abondance d’eau est fausse. L’eau est un problème aigu ici et les impacts sont clairement visibles à Cruzinha, le centre d’étude de terrain d’A Rocha Portugal dans l’estuaire de l’Alvor.  

Les étangs et la roselière sont à sec, le verger d’agrumes planté il y a des décennies risque de ne pas survivre à l’été, et il y a à peine de l’eau de pluie dans la citerne. Les moustiques, habituellement abondants, ne manquent pas aux habitants de Cruzinha, mais les créatures qui dépendent des moustiques pour se nourrir souffrent de la pénurie. Le risque de feux de forêt est toujours présent.  

A Rocha est actif dans ce petit coin du sud-ouest du Portugal depuis 1983. Notre présence à long terme signifie que les changements du climat, de la biodiversité, de l’air, du sol et de l’eau ont été soigneusement observés et profondément ressentis. Pour l’équipe de Cruzinha, la situation peut être difficile à supporter, d’autant plus qu’elle continue à être exacerbée par des politiques agricoles apparemment insensées – par exemple, l’approbation d’une série de nouvelles plantations d’avocats qui draineront la nappe phréatique déjà dangereusement basse.  

Cependant, l’atmosphère autour de la grande table en chêne de Cruzinha à l’heure du repas est joyeuse, car les gens partagent les histoires de leurs activités : l’équipe Waxbill est contente d’annoncer qu’elle a attrapé un nombre impressionnant de 15 oiseaux la nuit précédente, il y avait des traces de loutres dans le transect étudié ce matin-là et beaucoup de beaux papillons de nuit dans le piège sous la maison. Les volontaires se sont attaqués aux espèces envahissantes dans le jardin et un jeu de société est prévu après le dîner.   

Il ne fait aucun doute que la situation de l’eau est désastreuse, mais A Rocha a toujours choisi de vivre dans l’espérance, dans l’adoration et l’obéissance à Dieu, créateur de tout. Dans un paysage aride et poussiéreux, les racines doivent être profondes. N’ayez aucun doute, l’équipe d’ A Rocha Portugal a de profondes racines de foi. Quand la pluie arrivera enfin, ils s’accrocheront encore. 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
Révisé par Irène Kelliny, AR CH